Archive
Extraits du Journal intime de Louis Charbonneau-Lassay sur le rétablissement de la Confrérie du Paraclet
5 sept., Lundi. M. Clavelle, sa femme et sa mère nous arrivent, via Tours, par le train de 18h 20.

6 sept., Mardi. Nous visitons Loudun tous ensemble. M. Clavelle et moi commençons à travailler.

7, 8 et 9 sept. Promenades autour de la ville et continuation du travail.

10 sept., Samedi. Nous allons le matin chercher à la gare notre commun ami M. Tamos. Dans l’après midi, toutes choses étant préparées, nous rétablissons en dehors du groupement secret où elle s’est perpétuée, la vieille Fraternité du Paraclet fondée ou transformée en chevalerie entre 1500 et 1510 par M. Pierre Amelot prêtre de Paris, aidé du maréchal de Gié, Pierre de Rohan, de soeur Anne de Gourdon-Genouillac, du soeur des Comtes, de Jacques Nyverd Maître Imprimeur à Paris et de Guillaume Briçonnet, évêque de Meaux. Le dépôt de cette Fraternité m’a été donné, par acte, par le Chanoine Barbot, en janvier 1926. M. Barbot en était chevalier-maître de par son titre de Majeur de l’Est. Int.

11 sept., Dimanche. Nous assistons tous ensemble à la Messe, et dans l’après-midi tenons le premier chapitre du Paraclet.

12 sept., Lundi. Nos amis nous quittent dans la matinée et s’en vont chez Tamos où nous ne pouvons les accompagner.
  

 


CESNUR Home Page


Web Design by MoreOrLess

© 1997-2005 by PierLuigi Zoccatelli